Qui sera le prochain président de la République ?

Je crois que le seul moyen de commencer ce billet est de faire une confession. Mon oncle est astrologue. Pendant des années, à chaque fois que quelqu’un me disait son signe astrologique, je pensais ce qu’on m’avait appris à penser. Poissons ? Intello à tendance alcoolique, fidélité non garantie mais…romantique. Sagittaire ? Toujours partant pour  faire la fête, dynamique, fantasque, mais…un tantinet hypocrite. Taureau ? Curieux, veut toujours avoir le dernier mot, meilleur amant du zodiaque, mais…tendance à la mièvrerie.  Il n’y avait pas que l’astrologie, j’ai aussi fait la connaissance des runes, du yi-king,  des lettres hébraïques ; j’ai acheté un livre qui me promettait de m’expliquer comment interpréter les tarots, bref, je voulais connaître mon avenir. Dès qu’une question existentielle me torturait (« Est-ce-que Machin va me rappeler ? », « Peut-on dire que Machin est amoureux de moi ? »), je sortais l’art divinatoire correspondant à mon humeur et dix minutes plus tard, je recommençais le même cérémonial puisque je n’avais pas été satisfaite de la réponse.

Il m’est arrivé de consulter des voyantes. L’une d’elles m’a dit que jamais je n’aurai d’enfant, que je rencontrerai un homme qui en a déjà. Une autre m’a dit que j’aurai des jumeaux avec un homme brun plus âgé que moi. Bien entendu, on m’a promis que je gagnerai beaucoup, beaucoup d’argent et qu’il faudra faire très attention à le gérer moi-même car on « risquerait de [me] spolier ». La réalité n’a rien à voir avec toutes les prédictions que l’on a pu me faire, que ce soit avec une boule de cristal, dans les cartes ou le marc de café. J’ai la chance de ne plus être désespérée, je n’ai plus besoin de ces conneries !

Aujourd’hui, j’ai compris que mon oncle était un charlatan, tout comme plus de 99% des astrologues et autres voyants. Comme j’ai hâte de connaître le nom du prochain président, j’ai décidé de patienter avec la lecture d’articles concernant les prédictions des «stars de la voyance ». Je reconnais une vertu à l’astrologie : celle de me faire rire. Voici ce que j’ai appris.

Une certaine Elvyre Talfer (les voyants ont toujours besoin de se faire remarquer en s’inventant des noms improbables) annonce une réélection de Sarkozy. Nuance tout de même, elle avait prédit, tout comme l’illustre Elisabeth Teissier, une « excellente année 2011 » à DSK. Oups.

Patricia Lasserre, « medium/astrologue/tarologue », annonce quant à elle que Hollande l’emportera à la première manche, mais c’est Sarkozy qui sera victorieux au second tour.

Channel Kristina annonce que Marine Le Pen sera face à Nicolas Sarkozy au second tour, mais c’est ce dernier qui remportera l’élection.

François Lambert, « voyant-astrologue-numérologue »,  indique que « Malgré la hargne de certaines personnes, Nicolas Sarkozy sera réélu de justesse ». Claude Alexis annonce la même chose. Nuance, encore une fois, car malgré l’annonce du cancer de Jean-Luc Delarue, Monsieur Alexis  lui prédit « […]la fin de la descente aux enfers. Bonjour le renouveau ! » (sic)

Claude Alexis, voyant medium très médiatisé, dixit son site internet

Christine Haas, astrologue officielle de TV magazine, voit l’actuel président « réélu » en 2012, d’une « courte tête ».

Vous l’aurez compris, la grande majorité des astrologues annoncent la réélection de Sarkozy. Monsieur Olivier se démarque de ses confrères en prédisant la victoire de François Hollande. Selon lui, Marine Le Pen sera présente lors du second tour face à François Hollande, qui remportera l’élection, donc, et choisira une femme comme premier ministre….

Lequel de ces professionnels de l’occulte aura vu juste ? Résultat de l’élection présidentielle le 6 mai…Pour les impatients, les premières estimations fiables seront données en fin d’après-midi par les médias Belges, relayés par les réseaux sociaux.

Publicités

Helmut Newton au Grand Palais

Publicité pour Walter Steiger, Montecarlo, 1983 ©HelmutNewton

Publicité pour Walter Steiger, Montecarlo, 1983 ©HelmutNewton

La première rétrospective en France du travail d’Helmut Newton ne pouvait avoir lieu qu’à Paris, le photographe y a beaucoup travaillé, notamment pour notre Vogue national. C’est dans les magazines de mode que j’ai découvert ses photos, sans savoir à l’époque quelles étaient de lui.  A quoi reconnait-on une photo de M. Newton ? C’est souvent un cliché en noir et blanc où l’on voit une femme dans une pose érotique, c’est un cliché presque dérangeant, parce que la femme est masculine, musclée, forte. Même à quatre pattes, c’est elle qui domine !

Helmut Newton Saddle I, Paris 1976 ©HelmutNewton

Helmut Newton Saddle I, Paris 1976 ©HelmutNewton

« Une bonne photographie de mode doit ressembler à tout sauf à une photographie de mode. A un portrait, à une photo souvenir, à un cliché de paparazzi », disait Helmut Newton. C’est probablement cette vision qui lui permettra de révolutionner la photo de mode dans les années 60.

Vogue, Londres, 1967 © Helmut Newton

Vogue, Londres, 1967 © Helmut Newton

La femme est le sujet de prédilection de Newton, qui rappelons-le, n’a travaillé que sur commande, en majorité pour la presse féminine (Elle, Playboy, Vogue). Les hommes, rares dans le travail du photographe, ne sont que des objets de décoration, existants pour sublimer la femme. On a pu penser que l’artiste était macho, lui qui est considéré comme le créateur du porno-chic, il me semble qu’il était plutôt féministe…

Calendrier Pentax, Saint-Tropez, 1975 ©HelmutNewton

Calendrier Pentax, Saint-Tropez, 1975 ©HelmutNewton

Helmut Newton choisira de quitter l’Allemagne nazie a 18 ans pour Singapour puis l’Australie où il rencontrera sa future épouse, June, venue poser pour lui. L’exposition présente près de 200 tirages sélectionnés par celle qui partagera sa vie pendant plus de 50ans. Malgré le nombre de clichés présentés, on pourra regretter un manque de cohérence à cette rétrospective. Le Grand Palais est un lieu  prestigieux mais il aurait peut-être fallu accorder encore plus de place à l’œuvre de M. Newton. Il y a peu d’explications sur le travail de l’artiste, de plus, certains tirages sont regroupés en trop grand nombre, certains sont exposés en hauteur,  difficile de les apprécier à moins de mesurer plus d’1m80…

Big Nude III: Henrietta, 1980 ©HelmutNewton

Big Nude III: Henrietta, 1980 ©HelmutNewton

La salle présentant les Big Nudes est de loin la plus agréable. Les Grands Nus, commencés en 1980, lui ont été inspirés par des photos d’identité judiciaire de terroristes réalisées par la police allemande. Les femmes nues, juchées sur des talons aiguilles, défient le regard du spectateur. Le diptyque Sie kommen (« Elles arrivent ») représente quatre femmes de type working girl, habillées puis déshabillées. Saisissant.

Sie Kommen, Vogue France, 1981 © Helmut Newton

Sie Kommen, Vogue France, 1981 © Helmut Newton

Parmi les modèles célèbres du photographe, on trouvera des princesses (Stéphanie et Caroline de Monaco), beaucoup d’actrices (Isabelle Huppert, Monica Bellucci, Catherine Deneuve), des créateurs (Karl Lagerfeld, Yves saint-laurent). La photo de Charlotte Rampling est troublante, quelle actrice accepterait de poser ainsi aujourd’hui ?

Charlotte Rampling at the Hotel Nord Pinus II, Arles, 1973 ©HelmutNewton

Charlotte Rampling at the Hotel Nord Pinus II, Arles, 1973 ©HelmutNewton

En 2004, à l’âge de 83 ans, Helmut Newton nous quittait façon « Hollywood ». En sortant de sa résidence, le Château Marmont, culte et scandaleux, sa Cadillac percuta le mur d’en face. Une fin aussi glamour que les clichés qu’il prendra toute sa vie…

Vogue Paris, 1969 ©HelmutNewton

Vogue Paris, 1969 ©HelmutNewton

Helmut Newton

Grand Palais, galerie Sud-Est

3 Avenue du Général Eisenhower

75008 Paris

www.grandpalais.fr

Jusqu’au 17 juin 2012 : Tous les jours, sauf le mardi, de 10h à 22h. Fermé le 1er mai (ouverture les mardis 17 et 24 avril)

Plein tarif : 11 euros

Tarif réduit : 8 euros
(13-25 ans, demandeur d’emploi, famille nombreuse)

Gratuit pour les moins de 13 ans bénéficiaires du RSA et du minimum vieillesse.

Top 5 des pires jobs d’été

En général, le mois d’avril correspond à un stimulus chez «  le jeune » : il se met à chercher un job d’été. L’objectif est de travailler un mois pour pouvoir partir en vacances le mois suivant. A vrai dire, s’y prendre au mois d’avril…c’est presque déjà trop tard. Et quand il est trop tard, on n’a plus le choix, on est obligé d’accepter de faire n’importe quoi. Pour ma part, mon rêve était modeste : faire la cueillette de fraises en Angleterre avec les copines mais faute d’envoyer un CV en anglais (trop la flemme), je me suis  retrouvée à faire les pires jobs.  Voici mon Top 5 des jobs d’été à refuser au moment même où on vous les proposera. J’ai entendu dire que le pire des jobs était celui d’équipier dans un fast-food, j’ai eu la chance de ne jamais en arriver là…Mais je n’ai pas fait beaucoup mieux…à vous d’en juger !

1/ Nettoyer des sièges d’avion au Kärcher® (si, si, c’est un métier !)


L’intitulé exact du poste est « Agent de nettoyage industriel ».  J’avais accepté de tenter l’expérience parce qu’on avait voulu de moi malgré mon CV vierge . J’avais cru qu’il s’agissait de nettoyer l’avion, l’intérieur de l’avion.  J’avoue avoir pensé que ce serait formidable si des passagers avaient laissé des petits cadeaux : portefeuilles rempli de billets, cartouches de cigarettes ou plus modestement, Voici ou Elle.

La réalité fut tout autre. Dans la zone de Roissy-Charles de Gaulle, en plein no man’s land, un hangar démesuré, pas d’avion mais des rangées de sièges dont les housses sont extrêmement sales. Armée d’un Kärcher® propulsant un produit nocif, sublimée par une combinaison résistante et des lunettes spécifiques, me voici en train d’exterminer taches en tous genres et autres chewing-gums récalcitrants. J’ai tenu exactement 3 heures,  profitant de la pause déjeuner pour m’enfuir. J’ai eu l’impression que ma peau sentait le détergeant pendant plusieurs jours après…

2/Travailler à l’usine dans l’agro-alimentaire

A l’agence d’intérim on m’avait demandé si ça me gênait de travailler en horaires décalés. J’avais besoin d’argent alors j’ai dit « non ». Puis on m’avait demandé si ça m’ennuyait de travailler dans une chambre froide. Je ne savais pas de combien de degrés en dessous de zéro on parlait, j’ai encore dit « non ». Premier jour, réveil en pleine nuit, à 3h30. J’arrive là-bas, j’apprends que la chambre froide est à -25° et qu’il me faudra porter une magnifique combinaison blanche ainsi que…tada ! une charlotte sur la tête. Mon travail consistera à mettre des tomates sur des milliers de plateaux-repas qui défilent sur des tapis roulants. Je suis « Mademoiselle Tomate », ma collègue est « Mademoiselle Riz », chacun son rôle. J’ai le sentiment d’être un automate. Les jours suivants je ferais des sandwichs, les fameux sandwichs insipides auxquels on a droit lorsqu’on s’envole en classe éco. Depuis ces  3 horribles jours, jamais je n’ai mangé de sandwichs dans l’avion. Parce que j’ai vu des collègues faire tomber du fromage par terre puis l’insérer, hilares, entre deux tranches de pain caoutchouteux.

3/Faire du télémarketing dans un call center

Il y a une hiérarchie dans le télémarketing. Le pire, c’est  la défiscalisation. Ou appeler des gens pour leur parler d’argent.  Alors qu’ils détestent ça, les gens. « Etes-vous le chef de famille, Monsieur ? » Bien sûr que monsieur est le chef de famille, il adore qu’on le lui rappelle (très intelligent cette petite phrase d’accroche, je dois l’admettre). Il n’y a que le chef de famille qui peut décider de combien il pourrait économiser s’il acceptait de rencontrer un commercial qui, tiens ! C’est étrange, passe justement dans sa région la semaine prochaine ! Il pourrait vous expliquer comment cela fonctionne, mais oui monsieur, cela n’engage à rien.

Je n’ai jamais compris comment certains de mes collègues pouvaient véritablement gagner leur vie avec un tel job. Parce qu’il y a un fixe (le SMIC) et des primes, qui  peuvent être intéressantes lorsqu’on est quelqu’un qui ment avec un naturel désarmant. Ce qui ne fut pas mon cas, on l’aura compris. 10 jours dans un call center = 10 jours en Enfer. A moins d’aimer la sueur, le bruit, la lumière blanche des néons qui donnent la migraine, et les « superviseurs » de 22 ans (incompétents) qui adorent donner des ordres en hurlant.

4/ Faire du (faux) sexe au téléphone à domicile

Il y a un moment où on rêve tous de travailler de chez soi. Taper « travail à domicile » dans un moteur de recherche n’apporte malheureusement que de fausses bonnes idées.

En creusant un peu on tombe sur des annonces de sociétés obscures proposant des postes d’animatrices de téléphone rose. Il n’y a absolument aucune sélection, il faut simplement être capable d’avoir un peu d’imagination et n’avoir aucun tabou…

L’objectif est simple : rester le plus longtemps possible au téléphone avec le pigeon (oups, l’homme) qui appelle. Premier constat : les hommes qui appellent ne sont pas tous vieux, loin de là. Beaucoup d’entre eux sont jeunes et en couple. Ils appellent le service parce qu’ils ont une vie sexuelle qui ne les satisfait pas ou parce que leur copine n’est pas là et qu’ils s’ennuient…Pour varier les plaisirs, on vous conseille de multiplier les « comptes animatrices », il faudra créer des annonces vocales alléchantes en prenant une voix d’hôtesse de l’air-salope.  Il n’y a qu’une règle dans le choix des prénoms : c’est mieux s’il finit par un « A ». Deborah, Samantha, Jessica, Sabrina, peu importe, on vend du rêve,  grande et blonde à forte poitrine, petite et bien en chair, rousse et androgyne, tous les genres sont appréciés. Bon,  en général, le client voudra que la fille ressemble à ça :

Tahiti Cora, élue "plus belles fesses du monde"

Rapidement, tu te rendras à l’évidence, si tu veux gagner de l’argent, tu dois rester cloîtrée chez toi. Finies les après-midi ciné, adieu les potes qui passent à l’improviste (à moins d’accepter d’imiter des râles de plaisir devant eux) ; même faire caca pourra devenir compliqué si tu n’as pas de téléphone sans fil ! Tu n’es pas la seule sur le réseau, la concurrence est rude ! Quand tu n’as pas d’appels, tu peux chatter avec les autres filles et tu apprends que l’une d’entre elles fait participer son mari lorsque le client est d’accord, d’autres sont étudiantes ou  jeunes mamans. Au début, c’est amusant parce que c’est nouveau, on se rend compte que c’est facile de faire semblant, que le client rentre dans notre jeu.  Mais ça devient pathétique quand il  rappelle tous les jours, convaincu que tu vis dans la même ville que lui et que vous pourrez vous rencontrer « en réel ». Et tu tomberas dans le glauque lorsqu’un client te demandera de lui fourrer divers légumes à forme phallique dans l’anus (y’a pas tant de légumes que ça, en fait, on fait vite le tour !). Il faut vraiment détester les hommes pour être capable d’exploiter leur solitude pour quelques euros….Encore un échec pour moi !

5/ Distribuer des prospectus

Campagne de prospectus pour la WWF

Campagne de prospectus pour la WWF

Posté au même endroit pendant des heures, dans la rue, par tous les temps, l’objectif est d’entrer en contact avec les badauds qui passent devant toi. Timides, s’abstenir ! (pour ma part, j’ai tenu 1 heure et je suis rentrée chez moi sans demander mon reste). Tu tenteras de leur donner des prospectus pour la nouvelle soirée « Boum Boum Booty Ragga Dance Hall 2012 » mais ils t’ignorent et tu te retrouves avec la main en l’air. Si tu es une femme et que tu affiches ton plus beau sourire, tu auras plus de chance. Mais les passants acceptent de te soulager de ton bout de papier uniquement par pitié ! Et voir de la pitié dans un regard inconnu, ce n’est pas très plaisant. Lorsque tu fais la promotion du nouveau chewing-gum « génération Y, goût mystérieux », tu auras plus de succès parce que les gens adorent tout ce qui  est gratuit. Dans certains cas tu seras obligé de te déguiser, ce qui est bien plus avantageux qu’on pourrait le croire. Caché sous ton déguisement, personne de ton entourage ne pourra te reconnaître et tu éviteras ainsi une honte propre à tout distributeur de prospectus. De plus, si tu as quelques kilos à perdre, sache que le déguisement fait « effet sudation », après une journée tu auras perdu autant que si tu avais fait un match de tennis !