Linder au Musée d’Art Moderne, le punk n’est pas mort !

Paris-20130131-00875

Le Musée d’Art Moderne propose la première rétrospective de Linder (ou Linder Sterling), artiste qui s’est fait connaitre dans les années punk (fin des années 1970) et qui l’est restée à en juger par ses œuvres les plus récentes. Elle réalise, alors âgée d’une vingtaine d’années,  des collages issus d’images découpées dans des magazines féminins (mode, déco) et des magazines masculins (bricolage, pornographie) puis les mélange. C’est elle qui a réalisé la pochette de l’album des Buzzcocks, Orgasm addict, où l’on voit une femme à tête de fer à repasser sur fond jaune. Elle prend aussi des photographies, de travestis dans les clubs gay mais aussi d’artistes tels que Ian Curtis, le chanteur de Joy Division ou encore Morrissey, le chanteur des Smiths. Elle fera même un remarquable livre de photographies de lui (Morrissey Shot).

Pochette de l'album Orgasm Addict des Buzzcocks

Morrissey par Linder

Morrissey par Linder

Proche du MLF anglais (« Women’s Liberation Movement »), elle ne cesse de montrer l’aliénation de la femme, notamment dans sa série intitulée Pretty Girls où l’on voit des femmes nues avec en guise de têtes, une machine à laver, un fer à repasser, une bouilloire électrique etc… Encore aujourd’hui, il est légitime de se demander si la femme est un objet…et à en juger par son œuvre, on peut penser que la réponse est « oui ».  En effet, ses travaux les plus récents mêlent images pornographiques où la femme est l’objet de l’homme, désarticulée afin qu’il atteigne tous ses orifices,  et gâteaux à la crème dégoulinants de graisse et de sucre. Si les collages prêtent à sourire, un certain sentiment d’écœurement se fait ressentir….Linder, née Linda Mulvey en 1954 à Liverpool, est également chanteuse dans un groupe de punk qui s’appelle Ludus et dont elle réalise bien évidemment toutes les pochettes d’albums. En 1982, elle donnera un concert vêtue d’une robe en viande (alors qu’elle est végétarienne). Lady Gaga n’a donc rien inventé (mais on le savait déjà, n’est-ce-pas ?).

Cette première rétrospective présente les collages, les dessins, les photographies de l’artiste ainsi que les grands caissons lumineux, tels des publicités, dont les photomontages ont été élaborés grâce à Photoshop, modernité oblige.  Le punk n’est vraiment pas mort, je vous conseille vivement de vous rendre à cette exposition pour vous en rendre compte !

ATTENTION ! L’exposition est gratuite pour les enfants de moins de 14 ans, inutile de préciser qu’il ne semble pas judicieux de les emmener avec vous compte tenu du caractère pornographique d’une majorité d’œuvres…

Concerning Specific Forms Of Masturbation, 2011

Concerning Specific Forms Of Masturbation, 2011

Sans Titre, 2011

Sans Titre, 2011

Paris-20130131-00870

The migration of symbols, 2012

The migration of symbols, 2012

Revolutionary Hardcore Formula XVI, 2010

Revolutionary Hardcore Formula XVI, 2010

Pretty Girls, 1977

Pretty Girls, 1977

LINDER

Femme/Objet

Jusqu’au 21 avril 2013

Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris

11 avenue du Président Wilson 16ème

www.mam.paris.fr

Publicités