Toute vérité n’est pas bonne à dire

croyance-mensonge-foi-ironie-imbrication-neon

Le mensonge fait partie de notre vie sociale. Que nous le voulions ou non, c’est ainsi. Et même s’il est tentant de refuser de jouer le jeu en énonçant une vérité, en disant tout haut ce que tout le monde pense tout bas, le risque de se sentir incompris, seul au monde, voire haï de son entourage est bien réél…Alors nous faisons comme les autres : semblant.

Dans notre vie professionnelle, ça commence souvent par le CV sur lequel nous nous trouvons une passion pour « la zumba » dans la catégorie « loisirs ». C’est à la mode, ça donne une bonne image de soi et ce n’est qu’un tout petit mensonge. Bien entendu, on évitera de dire au futur employeur qu’on a failli cracher nos poumons la seule et unique fois où on a mis les pieds dans un cours de zumba…Une fois embauchés, nous faisons semblant de ne pas savoir que la petite stagiaire a signé son CDI parce qu’elle passe beaucoup de temps dans le bureau du patron. Puis, lors de l’entretien annuel, nous mentons en disant que nous sommes épanouis à notre poste alors que nous cherchons activement un poste plus intéressant ailleurs…

On pourrait espérer qu’il n’y ait aucun mensonge au sein de la famille, il n’en est rien. C’est peut-être le domaine dans lequel il y a le plus de mensonges, de non-dits, de faux-semblants. Quand on sait que  7 à 10% des enfants ne sont pas des enfants biologiques de leur père légitime, il y a de quoi se poser des questions.  Autrement dit vous êtes peut-être le « fils du facteur » sans le savoir….Alors nous faisons encore semblant. On nous cache que notre oncle a fait de la prison, que le grand-père que nous n’avons pas connu était un pédophile. On nous ment alors qu’on le sait que notre tante est alcoolique, notre cousine mythomane et notre nouvelle belle-mère la pire chagasse que la Terre ait portée. On fait semblant de ne pas comprendre que notre mère a refait sa vie,  d’être touchés par la maladie de tante Cécile alors qu’au fond ça ne nous fait rien parce qu’on ne l’a pas vue depuis 10 ans.

Avec nos amis, ceux qu’on a le privilège de choisir (contrairement aux collègues et à la famille) qu’en est-il ? C’est exactement la même chose. On pourrait penser qu’on peut enfin être tout à fait transparent et honnête avec eux et espérer pareil en retour. Malheureusement on ne peut pas tout leur dire non plus. Le mensonge est de rigueur. On ne peut pas dire à une amie que son mari est homosexuel et qu’elle semble la seule à ne pas être au courant. Parce que si ça se trouve, elle le sait et ça lui convient. On ne peut pas dire à un ami qu’il fait exprès de se retrouver dans des amours impossibles, femmes mariées, femmes qui aiment les femmes, femmes dépressives, comment lui dire qu’on souhaiterait le voir heureux avec quelqu’un de disponible ? On ne peut pas dire à une amie qui fréquente un homme marié qu’elle perd son temps à attendre qu’il quitte sa femme. Elle devrait le savoir, que les hommes ne quittent jamais leur femme. Elle attend, soumise, qu’il lui fasse un signe. Comme une esclave, elle attend et nous on ne dit rien parce qu’elle a la conviction qu’il finira par la quitter. Et contredire quelqu’un qui est aveuglé par ce qu’il pense être de l’amour, c’est peine perdue.

Est-ce-possible de ne pas rentrer dans ce jeu social ? Je préfère ne pas vous mentir, la réponse est  « non ». Il est nécessaire à la bonne marche des relations humaines. Dire exactement ce que l’on pense en toutes circonstances ferait de nous une personne en marge de la société. Parce que le seul moyen de ne pas jouer le jeu social est encore de ne pas avoir de travail, de ne pas avoir de famille ni d’amis et de vivre dans une cave. Vous comprendrez aisément pourquoi on va tous tranquillement continuer de faire semblant. En essayant tout de même de ne pas mentir à la personne la plus importante de sa vie : soi.

Publicités

3 commentaires sur “Toute vérité n’est pas bonne à dire

  1. auroreinparis dit :

    Je crois pourtant que souvent, la personne à qui on ment le plus, c’est nous même. Une fois qu’on est parfaitement honnête avec soi, on peut l’être avec les autres. Mais bon, la vérité ça blesse souvent plus que le mensonge, alors je ne suis jamais contre dans ces cas là…
    Tu me manques sur Twitter

  2. Tchatcha Pasta dit :

    Je dirais le contraire… la personne a avec qui je ne ment pas c’est bien moi même ainsi je vie en parfaite transparence avec les autres car je me permet d être entière, vraie, honnête avec tout mon franc parlé ! tant pis si ca ne plait pas …

Les commentaires sont fermés.