Hey Twitter, on fait un break ?

twitter-hate2

 

Ah…Twitter, ses hashtags, son microcosme, ses tweets ciblés, ses haters, ses chocobisous dégoulinants d’amour et de cœurs.  Serait-ce le monde des bisounours ? Non, pas vraiment. Il y a quelques mois, j’ai écrit un billet élogieux sur le réseau social à l’oiseau bleu. Aujourd’hui, je crois qu’il est nécessaire d’y apporter des nuances.

Comme dans toute relation, au début, Twitter, c’est formidable : on se sent moins seul, on  apprend plein de trucs, on se fait de nouveaux amis (du moins, c’est ce qu’on pense…), on vit à nouveau « en groupe », comme quand on était ados, chacun vient avec un pote aux apéros et au final on est  15 autour de la table. On se sent fort, quand on est 15. On rit beaucoup, on boit beaucoup,  c’est convivial, c’est bon enfant.  Certes on ne peut pas vraiment communiquer puisqu’il y a trop de monde, on ne s’entend pas, on doit parler fort, on fait semblant de se comprendre, on ne capte que l’essentiel de ce qui se dit. Mais on s’en fout, au moins, on n’est plus seuls.  On a une vie sociale (du moins, c’est ce qu’on croit…).

On se retrouve rapidement à parler tous les jours à des dizaines de personnes différentes via le réseau social, qu’on retrouve régulièrement dans la « vraie vie ». Mais bien évidemment, comme dans tout groupe, il y a des personnalités qui se rapprochent et d’autres qui ne s’aiment pas du tout, des gentils, des méchants, des salopes, des gros naïfs et de vrais fils de putes (pardonnez-moi l’expression).

Twitter devient alors une sitcom un peu trash, un joyeux bordel mêlé d’envie, de jalousies, de secrets, de paranoïa et de mégalomanie. « Tu crois vraiment qu’ils couchent ensemble ? Elle est belle et il est moche, je comprends pas…. », « Ouais, il a 3 plans cul réguliers et sa meuf n’est pas au courant. Si, si, il a une meuf mais personne ne le sait… », « Il m’a montré la photo qu’elle lui a envoyé, je te jure qu’elle lui a envoyé une photo de sa chatte, hahahahha », « Je sais qu’elle a couché avec X, c’est Y qui me l’a dit, mais ne le répète pas sinon Z va être verte de rage », « Je ne veux plus parler à Bidule parce qu’il a été méchant avec ma copine Machine, tu vois ce que je veux dire ? », « Je sais que je suis mieux que lui, on n’est pas au même niveau, et il a que 300 followers alors que moi je suis influent », « Je sais pas pourquoi, je suis sûre qu’elle m’aime pas, ça se voit ! », « Tu crois que j’ai une chance avec ton pote ? Je suis son genre de meuf ? », « Elle est trop mal foutue, elle est moche avec ses grandes dents, je ne vois pas ce que tout le monde lui trouve ».

C’est incessant. Les remarques, les critiques, le bashing ciblé sur une personne qui change tous les mois, on a besoin de détester quelqu’un pour se sentir encore plus fort, à l’inverse, on portera un twitto aux nues puis il laissera sa place à un autre, encore « plus mieux ». Et puis il y a l’hypocrisie. La fille que tu trouves un peu conne tu es bien content de coucher avec elle, hein ? Et lui là-bas, tu étais bien contente qu’il t’aide à déménager, pourtant tu dis à tout le monde que son blog c’est de la merde et que tu fais semblant de trouver ça bien. Et toi qui fais semblant d’être ma pote dans l’espoir de coucher avec mon meilleur pote, et toi qui es méchant avec celle qui te défend toujours auprès des autres, et toi qui critique les filles qui couchent alors qu’on sait tous que t’as sucé la moitié de ta TL, et toi, et toi, et toi…

Et au final, on est plus seuls qu’au départ. Ce qui n’était pas le but escompté. Mais l’essentiel, c’est de le savoir. Que tout ça, ce n’est pas la vraie vie. Que ce n’est pas sérieux. Que la vraie vie, ça a quand même plus de saveur que de rester comme un connard devant son écran en pensant qu’on est aimé par des gens qu’on considère comme des amis alors qu’on les connait depuis 3 mois et demi . S’il faut croire en une dizaine d’amitiés pour n’en développer réellement que deux, ça vaut le coup, non ? Alors merci quand même, Twitter. Mais tu me fatigues !

992915_480559362025502_1013937118_n

 

 

Publicités

Deux ou trois choses que je ne comprendrais jamais (la suite)(épisode 2)

Je suis le genre de personne qui adore faire des listes. La liste des « choses que je ne comprendrais jamais » s’enrichit régulièrement. J’ai déjà écrit un billet à ce sujet et j’ai décidé d’en publier un de temps en temps, pour alimenter cette liste interminable. Comme le dit si bien Björk, « If you ever get close to a human, a human behavior, be ready be ready to get confused ».

1/ Ces gens qui veulent  s’asseoir à la place indiquée sur leur billet de train alors que le wagon est vide. Pourquoi ? C’est typiquement le genre de comportement que je ne comprends pas. Pourquoi veux-tu à tout prix t’asseoir à la place 74 à côté de moi alors que j’étais en train de pioncer sur les deux places ? Tu aimes faire chier le monde ? Ou tu es superstitieux ? Tu penses que si tu changes l’ordre des choses en allant t’asseoir en place 62, on va tous mourir, fdp ? Pour une fois que le wagon est vide, qu’on n’est pas obligés d’être entassés comme des animaux, tu devrais te réjouir au lieu de t’asseoir à ta place à côté de moi. Heureusement, le wagon étant vide, je peux aller m’asseoir ailleurs !

2/Ces couples qui s’habillent pareils.  Pourquoi ? Je me souviens avoir été traumatisée enfant à la vue d’un couple qui portait le même blouson. Pour commencer le blouson était vraiment moche, il comportait trois couleurs qui se marient difficilement, violet, rouge et noir. Et le couple aussi était moche.  Je me suis toujours demandé ce qui avait bien pu les pousser à porter le même vêtement. Avaient-ils profité d’une réduction défiant toute concurrence ? Avaient-ils tout simplement des goûts de merde ? Très récemment j’ai vu un couple qui portait la même paire de baskets (paire de basket hors de prix, pour info). J’ai plissé les yeux pour vérifier que c’était bien la même paire de baskets, puis quand j’ai constaté que c’était le cas, je leur ai lancé mon regard le plus méprisant possible. Un peu d’imagination, enfin !

nancy-et-donald-featherstone-35100_w418

3/Les adultes qui font de la trottinette. Pourquoi ? Tous les gosses de France nous ont fait chier avec leur connasse de trottinette qui déboule à la vitesse de l’éclair sur les trottoirs autrefois paisibles. Alors même que je pensais que ce phénomène n’était plus qu’un lointain souvenir, j’ai constaté que désormais ce sont les adultes qui utilisent ces horribles engins. Je cherche ce qu’il y a de plus ridicule qu’un adulte sur une trottinette mais je ne trouve pas. Ah si. Peut-être ces gens qui disent « Depuis la nuit des temps » ou « Au jour d’aujourd’hui ».

4/Le vernis sur les ongles des pieds. Pourquoi ? Ces derniers temps j’ai constaté que  beaucoup de femmes pensent avoir de beaux pieds.  C’est une hérésie. Les pieds restent la partie la plus  laide du corps humain. Ces mêmes femmes qui adooorent leurs pieds adoooorent aussi mettre du vernis sur leurs ongles de pieds.  Je ne sais pas si elles pensent séduire avec leurs pieds, je ne sais pas non plus si elles pensent que leurs pieds sont sexy, mais le résultat ressemble en général à ça :

102_0033

Ou à ça.

immondes8

CQFD.

5/Ces gens qui font la vaisselle dans un bac d’eau. Pourquoi ? (Je sais d’avance que je vais me faire insulter par les écologistes). La réponse est simple : ils veulent faire des économies. Personnellement, je trouve la pratique assez immonde : toute la vaisselle est lavée dans un même bac rapidement rempli de saletés. Autant laver sa vaisselle dans de l’eau sale, ça revient exactement au même. « Oui mais on rince toute la vaisselle dans un autre bac d’eau propre ! ». Et ? Je ne vois pas le rapport, la vaisselle a trempé dans la saleté avant. Vous êtes dégueulasses. Je ne viendrai pas dîner chez vous.

6/Un œil en PP sur Twitter. Pourquoi ? Chacun ses goûts bla bla. Très bien. Mais franchement tu n’as rien d’autre à nous montrer que ton vieil œil globuleux ? Que veux-tu nous signifier ? Que tu nous observes et qu’on doit trembler de peur ?Il n’y a donc aucune autre partie de ta personne que tu peux nous montrer ? Si tu es pudique ou que tu tiens vraiment à nous montrer ton œil, sois original comme la dame ci-dessous qui sourit malgré son œil au beurre noir.

wiihaveaproblem

Fausse séquestration de l’actrice X Nikita Bellucci, le bad buzz de l’année ?

Nikita Bellucci

Nikita Bellucci

3h15 la nuit dernière, je reçois un appel en absence d’une bonne copine de twitter mais je ne réponds pas, mon téléphone est en mode « silencieux ». Lorsque j’ouvre les yeux à 8h30, je vois qu’elle m’a laissé un SMS, elle souhaite savoir si j’ai le numéro de téléphone d’Angell Summers, une actrice X que j’ai rencontrée sur le tournage de fuckwithatouit en octobre dernier et avec laquelle j’avais sympathisée. La bonne copine, paniquée, souhaite la joindre parce qu’elle a vu une vidéo de Nikita Bellucci (autre actrice rencontrée sur le même tournage) qui ressemble fortement à une séquestration. Angell Summers étant réputée pour être la grande copine de Nikita, elle souhaite avoir des informations sur cette vidéo effrayante dont elle n’a vu que la moitié, choquée par sa mise en scène. Elle est inquiète parce que Nikita Bellucci n’a pas tweeté depuis trois jours. Pire, le dernier tweet qu’elle a envoyé parlait d’un homme qui la harcèle, un certain Wilhelm Noiret.

Le dernier tweet de Nikita Bellucci renvoie à ce billet écrit sur son blog

Le dernier tweet de Nikita Bellucci renvoie à ce billet écrit sur son blog

Depuis des semaines, l’actrice ne cache pas ses problèmes de harcèlement sur twitter, ses fans savent qu’elle est régulièrement ennuyée par des petits malins qui profèrent des menaces à son encontre (quand ce ne sont pas d’autres actrices plus confidentielles, jalouses de son succès). Ne réussissant pas à joindre Angell Summers, la bonne copine prévient la police, effrayée à l’idée que cette vidéo puisse être authentique et que la belle Nikita soit retenue dans une cave où elle subit les pires tortures…Les proches et fans de Nikita Bellucci se regroupent pour donner le plus d’informations possibles à la police, certains connaissent son véritable nom et son adresse. La bonne copine passera des heures au commissariat, en pleurs, effrayée à l’idée que Nikita puisse être morte.. Les deux numéros de téléphone de Nikita Bellucci sont appelés mais les lignes sont indisponibles et les relevés auprès de l’opérateur sont affirmatifs : il n’y a pas d’activité depuis 3 jours. La police prend cette affaire très au sérieux et dépêche 60 véhicules ne serait-ce qu’en Ile-de-France, des policiers sont également dépêchés dans l’Eure-et-Loir…Au final, la police se verra confirmer par le magazine Hot Vidéo que cette vidéo était destinée à faire le buzz (raté !) et qu’il ne faut absolument pas s’inquiéter, l’actrice est actuellement sous le soleil du Portugal…

Aujourd’hui, les réseaux sociaux sont unanimes : ce buzz est minable. Les fans et proches de Nikita Bellucci ont le sentiment d’avoir été manipulés. Nikita, réputée pour être à la fois grande gueule et proche de ses fans, ne s’est pas encore exprimée à ce sujet. L’actrice se rend-t-elle compte qu’elle a joué avec les sentiments de ses fans, persuadés que cette histoire d’harcèlement était sérieuse, fondée, authentique, puisqu’elle en parlait sur son compte twitter et sur son blog ? Certes, elle avait déjà fait croire qu’elle arrêtait le X, mais elle avait très vite avoué que c’était une blague. Ici, la blague est de bien plus mauvais goût : faire croire à une séquestration, jouer sur la peur et le doute. Qui, chez Hot Vidéo, magazine à l’origine de ce buzz, a bien pu avoir cette idée brillante ?

angell

Je n’arrive pas à comprendre comment Nikita Bellucci a pu se laisser embarquer dans un buzz aussi merdique, non seulement parce que c’est une fille intelligente mais aussi parce qu’elle n’avait absolument pas besoin d’un autre buzz. Elle avait déjà été au cœur des médias en janvier dernier lorsque Gérard Depardieu s’était invité devant la caméra de Paris Dernière qui interrogeait l’actrice sur son métier et ses futurs projets. Depuis, elle était partie aux Etats-Unis où elle a beaucoup travaillé. Certaines actrices en manque de notoriété  auraient pu se laisser tenter par une idée aussi saugrenue mais Nikita ? La direction de Hot Vidéo est muette, personne ne semble capable de s’exprimer, la vidéo a été supprimée en début d’après-midi et c’est à peu près tout. La bonne nouvelle c’est que Nikita va bien, la mauvaise nouvelle c’est qu’elle va devoir reconquérir ses fans, écœurés par ce bad buzz…

Capture d'écran de la vidéo de la fausse séquestration postée hier à 00:30.

Capture d’écran de la vidéo de la fausse séquestration postée hier à 00:30.

Deux ou trois choses que je ne comprendrais jamais…

 1/ Comment peut-on  appeler son enfant « Solal » ?

Pour ceux qui ne le savent pas, ces dernières années beaucoup de célébrités ont appelé leur fils Solal (Vanessa Demouy, Jean Sarkozy, la chanteuse Rose etc). J’imagine que c’est un prénom qui leur plaît mais je les soupçonne de vouloir se donner un « petit air intello »…parce que Solal est avant tout  le personnage principal du chef d’œuvre d’Albert Cohen, Belle du seigneur. Pour faire court, c’est un genre de Tristan et Yseut moderne, l’histoire d’une passion dévorante entre deux amants qui finiront par se suicider. Je sais pas vous mais moi je n’ai aucune envie de donner à mon fils le prénom d’un personnage qui s’est suicidé. Je sais pas, je trouve ça moyen cool comme présage. (Vous l’aurez deviné je suis un tantinet superstitieuse…)

2/ Pourquoi les frigos ne se dégivrent-ils pas tout seuls ?

Je parle de ces petits frigos « table top » que tu as la joie de posséder lorsque tu vis à Paris dans moins de 20m2. Tous les trois mois, il faut se coltiner le dégivrage à l’ancienne, c’est-à-dire débrancher la bête et attendre que la glace se transforme en eau. Eau qui viendra inonder ton unique pièce (si tu es riche, tu ne comprends sûrement pas de quoi je parle, passe au numéro 3, je t’en prie). Tu auras beau tenter tout ce que tu peux pour que cette opération soit rapide (sèche-cheveux ou chauffage soufflant ou enlever la glace avec un objet contondant, par exemple), cela ne servira à rien. C’est long, c’est pénible et il faut le faire. Courage à toi, ami pauvre.

3/ Pourquoi les femmes acceptent de faire la queue aux toilettes pendant 3 plombes alors que les toilettes des hommes sont toujours vides ?

Je vois ce spectacle tous les jours. Notamment dans les musées. Des femmes agglutinées comme des moutons en train de faire la queue pendant de longues minutes. Je ne sais pas ce qu’elles font,les femmes, aux toilettes, mais c’est vrai qu’on peut se demander si elles font toutes systématiquement caca parce qu’elles y restent des plombes…Et pendant ce temps, les toilettes des hommes sont vides. Ce n’est peut-être pas très distingué de squatter les toilettes des hommes quand on est une femme mais la vie est trop courte et ma vessie trop petite. Seul petit bémol : les toilettes des hommes sentent souvent encore plus mauvais que les toilettes des femmes. Triste réalité.

4/ Pourquoi les gens portent-ils des chapeaux ?

Les chapeaux, soyons honnêtes, ça ne va à personne. Ce n’est pas pour rien qu’il existe une expression réservée à ceux (denrée rare) qui les portent avec grâce : « Avoir une tête à chapeau ». Je ne parle pas des casquettes, je parle des panama, trilby et borsalino censés donner un « style » à la personne qui les porte. Il faut peut-être déjà avoir du style avant de s’acheter un chapeau…La majorité du temps, le porteur de chapeau, convaincu d’avoir la « classe », a l’air d’un gros con qui essaie de s’acheter une personnalité avec son couvre-chef. Au lieu de vous la raconter avec vos chapeaux de merde, commencez peut-être par apprendre à vous habiller les gens.

Quelle magnifique mise en scène ! (escabeau + chauffage dans le fond)

Quelle magnifique mise en scène ! (escabeau + chauffage dans le fond)

5/Pourquoi les gens portent-ils des tongs  à Paris ?

J’ai beaucoup de mal à supporter la vision d’orteils inconnus, c’est l’une des nombreuses raisons qui me font détester l’été (nous y reviendrons dans un prochain post). Autant je peux comprendre qu’on se promène les doigts de pieds à l’air quand on habite à Marseille, je n’ai plus aucune tolérance quand il s’agit des Parisiens. A Marseille, non seulement il fait vraiment chaud mais en plus il y a la mer. C’est une excellente raison de porter des tongs, on peut facilement atteindre la plage, les ôter et courir vers la belle bleue. Mais à Paris ? Les tongs sur le bitume, dans le métro, pour courir après le bus ? Sérieusement ? Arrêtez de faire les radins les Parisiens, allez donc vous acheter de vraies chaussures, personne n’a envie de voir vos vieux pieds dégueulasses, c’est vomitif, vraiment.

6/ Pourquoi les amis de mes amis ne sont jamais mes amis ?

Je ne sais pas si ce problème ne concerne que moi, mais j’ai remarqué depuis pas mal de temps que les amis de mes amis ne sont jamais mes amis. Pourtant, nous avons un point commun, un intérêt commun : notre ami(e). Logiquement, nous devrions bien nous entendre. Que nenni ! Les amis de mes amis, je les trouve mièvres, prétentieux, fatigants, pas drôles. Et je me demande toujours «Comment mon ami(e) peut-il/elle être ami(e) avec moi et aussi avec ces cons ? ». Le mystère reste entier. Heureusement, rien ne nous oblige à côtoyer les amis de nos amis ! (Qu’ils crèvent !) (Oups).

7/ Pourquoi les Parisiens adoooorent le Vélib’ ?

Je n’aime pas le vélo mais je comprends parfaitement qu’on puisse apprécier d’en faire à la campagne. Les balades à vélo permettent de prendre un grand bol d’air pur, le paysage bucolique permet de rêvasser sur  les routes sinueuses mais dégagées, on se sent libre et heureux de vivre. Mais dans la pollution Parisienne, juché sur un engin qui pèse un âne mort (22 kilos le Vélib’) entouré de voitures qui klaxonnent et risquent à tout moment de vous écraser, je ne vois pas l’intérêt. (A moins, peut-être, d’être suicidaire ?)

Il n’y a pas que deux ou trois choses que je ne comprendrais jamais, il y en a bien plus ! Je consacrerai d’autres billets à ce sujet, d’ici là, n’hésitez pas à me faire part de vos idées 🙂

Diam’s et son sauvetage par l’Islam

Il y a quelques jours j’apprenais que la chanteuse Diam’s sortait une autobiographie. La dernière fois que j’avais entendu parler d’elle, c’était il y a 3 ans dans un magazine people qui révélait que son mari était déjà marié à une autre. Il était aussi question de conversion à l’Islam. Puis plus rien jusqu’à la semaine dernière et cette couv’ du Parisien magazine (Oui, le Parisien aussi veut attirer le bobo en sortant son magazine hebdomadaire…). Puis un entretien avec l’Express, suivi d’une couv’ de VSD montrant une photo volée de la jeune femme, et  viendra également un entretien avec le magazine 7 à 8 sur TF1 ce dimanche. Une vraie promo (qui exclut tout entretien avec un homme) pour une chanteuse de 32 ans qui ne sort aucun album, juste son autobiographie.

 

Pourquoi Diam’s revient-elle dans les médias alors qu’elle ne cesse, d’interview en interview, de dire tout le mal que la célébrité lui a fait ? Elle donne la réponse dans l’entretien qu’elle a accordé à l’Express. « Ma conversion à l’islam était trop compliquée à comprendre […] Alors je me suis dit: « Tais-toi, mûris un peu, avance, et peut-être un jour tu écriras un livre. » Elle avait besoin d’écrire un livre pour justifier sa conversion, semble-t-il. Curieuse démarche. Qu’apprend-t-on ? Qu’elle a eu beaucoup de chagrin lorsque ses parents ont divorcé,  comme tous les enfants. Qu’elle a fait une crise d’adolescence puis une tentative de suicide à 15 ans. Puis le succès professionnel est arrivé et la rançon de la gloire qui va avec : la dépression la frappe, comme 8% des français, puis c’est la vallée des poupées : les médicaments pour dormir, pour calmer les angoisses, pour rester en vie.  Enfin, elle évoque longuement sa conversion à l’Islam qu’elle a décidée seule, elle insiste lourdement sur ce point. Loin d’être soumise depuis qu’elle a choisi de cacher son corps et sa tête en portant le voile, elle assure être « une femme libérée ».

Malheureusement, son retour dans les médias sonne plutôt comme une envie de se justifier. Si Diam’s est si heureuse et « en paix » qu’elle le prétend, pourquoi accorder de l’importance aux journalistes qui ne comprennent pas sa conversion ? Personnellement, je me fous éperdument qu’elle ait décidée de se convertir à l’Islam, ça me ferait le même effet d’apprendre qu’elle partouze tous les week-ends avec Rohff et Booba…En revanche, je croyais que toute personne religieuse (peu importe la religion, par ailleurs) se devait de faire preuve d’humilité et de discrétion…Je dois avouer que son omniprésence dans les médias ne colle pas avec l’image d’un personne pieuse et désintéressée.  A titre personnel, je suis toujours consternée d’apprendre qu’une femme choisit de se voiler dans un pays comme la France. Mais c’est son droit et cela ne regarde qu’elle. Alors pourquoi s’étendre sur le sujet si ce n’est par intention prosélyte ? Aujourd’hui, Diam’s la féministe milite pour « porter le voile, sereinement ». Serait-ce la véritable raison de son retour ? Remplir les mosquées grâce à son autobiographie ? Et ramasser quelques euros au passage ?

A ceux qui pensent que Diam’s fait ce qu’elle veut, je répondrais que non, elle ne fait pas ce qu’elle veut car elle est un personnage public. Et en tant que tel, on a une responsabilité. La chanteuse explique que les psys lui ont volé son argent, que la clinique psychiatrique n’a rien pu faire pour elle. Il faut rappeler qu’on n’enferme pas n’importe qui dans une clinique psychiatrique, il s’agit de régler des problèmes de comportement sévères, Diam’s le dit elle -même, elle a été accro aux anxiolytiques. Si sa conversion à l’Islam lui a permis d’aller mieux, c’est tout à son honneur, mais je ne pense pas qu’on règle des problèmes psychiatriques en priant 5 fois par jour. Propager un tel message est dangereux.  Aussi incroyable que cela puisse paraître, cette jeune femme est prise pour exemple par des milliers de jeunes. Et que vont penser les jeunes filles en mal d’amour et d’attention qui liront son autobiographie écrite avec les pieds ? Que la solution aux problèmes que l’on rencontre dans la vie, c’est la religion, en l’occurrence l’Islam.  Cela me fait penser à ces adolescentes qui tombent enceintes et disent « Je ne serais plus jamais toute seule, maintenant », pensant combler le vide affectif de leur existence. Effectivement, s’occuper d’un enfant pendant au moins les 18 premières années de sa vie, c’est une vraie occupation à temps plein, mais est-ce-que cela règle les problèmes pour autant? Bien sûr que non.

Finalement, la nouvelle vie de Diam’s n’a rien d’exceptionnel et ne méritait pas un livre de 352 pages. Mis à part son succès dans la musique, elle aura eu le parcours classique de certaines filles de banlieue en manque de repères qui trouvent leur salut à travers la religion. Elle aurait pu se battre pour toutes les femmes, elle choisit de se battre pour porter le voile. Et cela ne va pas aider à faire avancer les mentalités. Diam’s est devenue un cliché. Quelle tristesse et quel manque d’originalité…

 

Je déteste le sport …et il me le rend bien

D’aussi loin que je m’en souvienne, je n’ai jamais aimé le sport. Les valeurs qu’il véhicule me font gerber. Le collectif, la compétition, l’endurance, l’effort…Pour quoi faire ? Pour gagner ? J’aime gagner mais au Scrabble et au Trivial Pursuit. Les vêtements en nylon, les chaussures à crampons, les cheveux attachés et la sueur ? Non merci.

Je ne me suis jamais entendue avec les filles qui aiment le sport. Je les vois comme des filles pas rigolotes, qui comptent les calories, qui ne prennent pas de plaisir, elles veulent juste être minces et musclées parce que « c’est bien » et sont prêtes à tout pour ça. Elles ont l’air en forme, la vie semble leur sourire. Pourtant elles n’ont pas de mec et le soir, elles pleurent en silence. Des connasses, quoi.

"Salut, j'aime le sport, je suis une connasse,hahaha"

« Salut, j’aime le sport, je suis une connasse,hahaha »

A Paris, le pire ce sont les filles qui font du vélo. Je les déteste. Elles se prennent pour qui sur leur Vélib ? Pour des sportives, peut-être ? Souvent, elles emmerdent les gens normaux qui marchent dans les rues parce qu’elles  ne savent pas en faire, justement, du vélo. Parisienne sur ton vélo, si tu as vraiment envie d’évasion, va ailleurs, en Bretagne, par exemple, là où il y a de la place…

Malheureusement, le sport est obligatoire à l’école. Je ne sais pas pourquoi mais il s’avère que les profs de sport sont souvent des goudous refoulées qui tenaient absolument à me voir donner « le meilleur de moi-même ». L’une d’entre elles m’a traumatisée en me demandant de remonter sur la poutre de laquelle j’étais tombée ( Les filles étaient obligées de faire de la gymnastique parce que « c’est féminin »). Après ce fâcheux épisode, mon objectif a été de me faire dispenser, chaque année, avec l’aide du Dr P. (je cache son nom pour des raisons que le lecteur comprendra) et la complicité de mes parents qui, ironie, ne sont pas sportifs non plus. J’ai eu beaucoup de difficultés à me faire dispenser de sport pour le bac, j’ai obtenu un minable 8/20 au saut en longueur et au ping-pong (première et dernière fois qu’on m’aura vu avec une raquette à la main).

Puis un jour j’ai appris que le sport pouvait devenir addictif. Ça m’a drôlement fascinée. Une drogue saine ?  Ecoutons le Dr Velea, psychiatre-addictologue : « La pratique excessive du sport apparaît comme une récente forme d’addiction sans drogue. Comme pour d’autres comportements addictifs on peut considérer que l’addiction sportive commence par des excès, par la recherche de sensation de plaisirs et  de désinhibition à travers la pratique sportive, qui va aboutir à l’installation d’un besoin irrépressible et dans certains cas des signes de sevrage. » Peut-être qu’un jour, je pourrais parader en annonçant mon addiction au sport à un entourage ébahi ? Je me doutais bien que ce jour n’arriverait jamais. J’ai décidé de faire du sport pour d’autres raisons. Ni pour l’adrénaline, ni pour m’amuser. Juste pour me tonifier, me muscler. J’ai essayé la gym suédoise, sorte d’aérobic du 21ème siècle, j’ai réussi à y aller 2 fois par semaine pendant 3 mois, un record. Ai-je subitement eu le corps de cette chanteuse ?

"Salut, je suis une bombe !"

« Salut, je suis une bombe ! »

Non. C’est ce qu’on oublie de nous dire…Faire du sport c’est bien mais pour  obtenir des résultats qui se voient, il faut en faire tous les jours. C’est ce qu’on appelle une « hygiène de vie ». Lors de ma seconde inscription à la gym suédoise (forfait de 3 mois), je n’y suis allée que 4 fois. Ensuite, j’ai décidé de faire de l’aquabike. Après avoir vu la photo ci-dessous, j’ai eu envie d’être ridicule, moi aussi, dans ma cabine individuelle et mes chaussures Made In Bosnia (véridique).Persuadée que les efforts seraient moindres dans l’eau, je pensais tenir le bon sport. J’avais faux. Malgré les efforts de ma coach (Aurélie, 20 ans, 0 gramme de cellulite au compteur), j’ai arrêté d’y aller aussi. Devant tant d’incapacité à tenir un engagement, j’ai pris la décision qui s’imposait…

"Salut, je suis ridicule et j'adore ça !"

« Salut, je suis ridicule et j’adore ça ! »

Je m’engage solennellement à arrêter  d’essayer de faire du sport.  Je n’aime pas ça. Est-ce-grave ? Non. Je préfère lire des livres, envoyer des tweets, jouer aux jeux vidéo, regarder des films américains des années 50, les séries qui parlent de tueurs en série ou de filles modernes qui vivent à New York, manger du chocolat (surtout pas Milka, Milka c’est de la merde) et écrire des billets sur ma haine du sport. Chacun son truc. Ah, et quand je vois ce que certaines deviennent…je me dis que c’est pas plus mal de ne pas aimer le sport…

Bien à vous.

"Salut, je suis une femme culturiste et je te fais peur"

« Salut, je suis une femme culturiste et je te fais peur »

P.S : Les boucles d’oreille…une merveille sur cette délicieuse créature !

Comment une blonde a failli ruiner mon week end

Ce week-end était l’un de ceux que l’on attend avec impatience. Un week-end où absolument rien n’a été prévu. Rester chez soi, avec  l’amoureux qui vient faire un coucou de temps à autre, et le petit chat et ses charmants miaulements. Un bonheur simple.

J’aurais pu zapper frénétiquement,  passer d’un reportage animalier (« Y-a-t-il plus bel animal que le tigre ? »)à un programme de télé-réalité (« C’est lequel dont le secret est de vivre avec sa femme et son ex sous le même toît ? »), avachie sur le canapé, la tête calée entre deux gros coussins.  Je me réjouissais de pouvoir découvrir, samedi soir sur arte, un documentaire sur le regretté Kurt Cobain qui fit couler tant de larmes sur mon visage d’adolescente « fille perdue, cheveux gras ». J’avais prévenu mon amoureux : attention, samedi soir, c’est toi qui dors chez moi, toi tu n’as pas de télé et il FAUT que je regarde ce docu sur Kurt ! Le pauvre avait demandé s’il avait le droit de rester ❤

J’aurais pu écouter de la musique. Qui était ce Frank Ocean dont tout le monde parlait ? Etait-ce son vrai nom ? One Direction,  ce groupe d’ados qui inondait les strings de toutes les jeunes filles en fleurs, c’était certainement nul à chier mais à quel point ? Je ne voulais pas mourir idiote. J’aurais pu me pencher sérieusement sur Poliça, savourer le dernier Regina Spektor et son joli accent russe, faire cracher le dernier Gojira très fort dans mes oreilles. Et le dernier Nas.  Ecouter le dernier Nas…

J’aurais pu lire les derniers billets de Katsuni , qui est bien plus qu’un vagin extensible à loisir, et pourquoi pas ceux de l’odieux Philippe Coussin-Grudzinski , qui depuis avait publié un roman que je n’avais pas lu…Et découvrir de nouveaux blogs sur le principe de l’écriture automatique ;  je tape les mots qui me viennent à l’esprit dans le moteur de recherche et les surprises pleuvent (c’est comme ça que j’ai découvert ça, par exemple http://tamereenslip.over-blog.com/ ou encore ça http://upyoursginaford.wordpress.com/2012/07/04/you-ever-seen-a-cat-in-a-bikini/ )

Malheureusement …

Je n’avais pas prévu que je me retrouverais sans connexion internet, sans téléphone fixe pour appeler ma petite Delphine qui vit chez les Amish (Mount Olive, Mississipi, 352 habitants), sans télévision non plus.

Tout ça à cause de cette petite roulure :

Quelle idée de choisir une blonde écervelée qui a disparue de la circulation depuis qu’elle a couché avec un fils Kadhafi, me direz-vous ? Eh bien parce que l’offre Alice était la moins chère du marché, 20,97€ par mois, pour être précise.

En prévision d’un mois d’août oisif, j’avais décidé de m’offrir une migration vers l’offre Free me permettant d’accéder à un bouquet de chaînes plus important. A moi les chaînes culturelles, les documentaires historiques et animaliers, les…bon, ok, j’avais changé d’offre en partie pour regoûter à une drogue que je n’avais pas prise depuis 2009, j’ai nommé..E ! entertainment.

Je suis une inconditionnelle de l’émission « Fashion police »présentée par une monstruosité botoxée à l’humour ravageur (Joan Rivers) et j’adore (le mot est faible) les classements en tous genres.« Les 15 plus riches mamans d’Hollywood, selon Forbes », « Les 20 couples de stars les plus riches, selon Forbes » (la caution intellectuelle, c’est toujours le magazine Forbes, autrement dit, C’EST SERIEUX) ou encore « Les 100 plus belles femmes de la planète ». E ! c’est la chaîne des vacances, celle que tu regardes à 2h00 du mat’ en dégustant un petit crumble aux pommes qui vient de sortir du four, non, tu n’es pas d’accord, Scarlett Johansson ne mérite pas la place numéro 6, elle a de grands pieds par rapport à sa taille, il n’y a que moi pour le remarquer ou quoi ? Oui, c’est ça la vraie vie : mettre son cerveau sur pause (vous noterez qu’il faut quand même beaucoup de concentration pour faire abstraction des vraies voix américaines couvertes par la voix off française).

D’après le téléopérateur de chez Alice, qui n’est assurément pas en France mais bien au bled (lequel ? Maroc, Tunisie, Zanzibar ???) et que je peine à comprendre parce que son accent est très fort et que j’ai toujours eu du mal à comprendre les accents, la procédure est archisimple : j’emballe ma box qui me sera échangée par ma nouvelle box Free. UPS s’en charge, c’est un jeu d’enfant. Sauf que la gardienne de mon immeuble, une espagnole au physique de lanceuse de poids russe dont le prénom  évoque une marque de voiture allemande, qui est PAYEE pour se charger de ce  genre de tâches, n’en fait qu’à sa tête. Certes, depuis la victoire de son équipe à l’Euro 2012, on la sent un peu plus encline à travailler, néanmoins, il suffit d’un rien pour énerver la bête.

La veille du passage du transporteur UPS, je frappe doucement à sa porte, l’ancienne box en main, emballée comme il se doit, et lui exprime ma requête.  Lorsqu’elle semble comprendre qu’il faut procéder à un simple échange, je lui sers du  « Je compte sur vous » et du « Merci encore, c’est si aimable à vous » et j’ose du « Je ne sais pas comment je ferais sans votre aide ».

Le lendemain, vendredi, un appel d’UPS me signifie que le colis n’a pas pu être livré. De son côté, la charmante gardienne prétend qu’UPS n’est pas passé. Lasse, je récupère mon ancienne box dans l’idée de la rebrancher pour le week-end. Sauf qu’elle affiche « Erreur 80 ». J’appelle donc la belle Alice, pas de chance, je tombe sur une personne qui a l’accent le plus fort au monde (imaginez un comique qui caricaturerait un arabe) et qui, surtout, ne semble pas comprendre ce que je dis. Il répète les trois mêmes phrases. A savoir, « Alice va se charger de votre dossier », puis « J’accède à votre dossier, veuillez patienter » puis l’implacable « On ne peut rien faire pour vous ». Pourquoi absolument personne ne m’a signifié que je n’aurais plus de connexion internet en attendant la migration ? Est-ce professionnel de la part d’Alice ? A-t-il conscience que je paie un service qui ne sera pas honoré pendant un long week-end ? Pense-t-il que cela est NORMAL de ne pas bénéficier d’internet pendant un long week-end alors que nous sommes tout de même en 2012 ?

« On ne peut rien faire, Madame ». A-t-il conscience qu’on ne  peut pas dire à un client qu’on ne peut rien faire ? Que c’est un comportement antiproductif ? « On ne peut rien faire, désolé ». Avec ce genre de comportement stupide, monsieur, ce comportement de petit employé qui respecte ses supérieurs, DES GENS SONT MORTS. DES GENS SONT MORTS, monsieur, à penser comme vous, là, de manière étriquée !!! Oui, monsieur Alice, il doit bien y avoir une SOLUTION, un supérieur à qui je peux parler. Avez-vous un supérieur, monsieur ? « On ne peut rien faire ». ON NE PEUT RIEN FAIRE ??? Vous êtes sûr qu’on ne peut rien faire ? Que feriez-vous à ma place ? « Attendre, Madame ». Attendre ? Hahahahahhahahahaha (rire de hyène) mais laissez-moi rire ! Je n’attends pas un service qui m’est DU, d’accord ? Puisque c’est comme ça très bien, j’ai compris « on ne peut rien faire », c’est PARFAIT, bravo Alice, ouh-ouh ! Bon week-end à vous quand même, monsieur, et je ne vous félicite pas pour votre manque d’ambition dans la vie !

J’ai pété les plombs parce qu’on m’a annoncé que je n’aurais pas de connexion internet, pas de téléphone fixe et pas de télévision pendant 2 jours. Pire, en raccrochant j’ai failli pleurer de frustration.

Au final… j’ai passé un excellent week-end ! Plutôt que d’être connectée à des milliers de gens que je ne connais pas, je me suis connectée à un être humain qui m’est cher. J’ai passé le week-end à « cimenter mon couple ». Je ne pensais pas pouvoir le dire mais « Merci, Alice ».