Comment se débarrasser de son (connard de) voisin ?

Avant d’être accusée d’incitation au meurtre, je précise que l’auteur de ce billet s’y connaît en problèmes de voisinage et a toute légitimité pour l’intituler de la sorte. Pour preuve, elle a déjà subi (oui, je parle de moi à la troisième personne pour faire « effet investigation ») :

  • Un voisin schizophrène qui a défoncé sa porte avec un maillet jusqu’à y faire un trou gros comme un poing
  • L’alarme du magasin d’en face qui se déclenche sans raison une fois le magasin fermé, par conséquent plusieurs nuits sans sommeil pendant un long mois
  • Un voisin jouant de la batterie tous les dimanche matins
  • Un voisin proxénète et alcoolique doté d’une petite amie pute et alcoolique qui se tapent dessus en hurlant puis se réconcilient bruyamment sur l’oreiller
  • Un voisin jouant au ballon dans les couloirs à 3h du matin
  • Un voisin ayant mis de la colle dans sa serrure
  • Un voisin ayant tagué sa porte d’une magnifique flèche orange ( !)
  • Une voisine sourde très friande de France Info volume maximum le matin très tôt, même le week-end…
  • Un voisin frappant à sa porte pour réclamer des cigarettes, puis 10 mn plus tard du sucre, puis 10 mn plus tard de la farine, et ainsi de suite (oui, c’était le schizo)
  • Un voisin bricoleur, qui cloue, ponce, perce  à peu près tout le temps, matins, soirs, nuits,  week-ends
  • Des allers retours au commissariat, des plaintes, des menaces de mort, des insultes…
Voilà à quoi ressemble un maillet...

Voilà à quoi ressemble un maillet…

Il est très tentant d’embaucher un tueur à gages pour se débarrasser du parasite. S’il a la bonne idée de  déranger plusieurs locataires, il suffirait de constituer un joyeux « pot commun », ce serait de l’argent dépensé utilement, qui rendrait service à la société ! Il est très tentant aussi de l’égorger de ses propres mains. Imaginez le cou dudit voisin se tordre et les convulsions qui s’ensuivent, jusqu’au dernier souffle salvateur, oui, ce serait enfin la fin des problèmes… Mais quel dommage de passer une bonne partie de sa vie sous les verrous pour un gros con. Bien évidemment si nous vivions dans un pays en guerre civile, nous pourrions profiter de la confusion générale pour aider le voisin à cesser de vivre. Mais nous sommes en France, et en France il y a quelques règles à connaître pour se débarrasser d’un voisin.

Règle numéro 1 : Tous les voisins ne sont pas égaux…

Si ton voisin fait partie d’une minorité (Noir, Arabe, handicapé physique, handicapé mental, bénéficiaire des minima sociaux, la liste est longue) ou pire, qu’il les cumule ( mongolien Noir au chômage doté d’une jambe de bois, par exemple), sache que tu n’as AUCUNE chance de le faire virer de son logement, il aura tout un tas d’associations de son côté et tu passeras forcément pour quelqu’un d’intolérant ou de raciste, même si c’est lui qui t’emmerde depuis des lustres et que tu as des preuves. Ton seul salut sera l’espoir que Dugland porte atteinte à ton intégrité physique (qu’il te casse méchamment  la gueule, quoi). Dans ce cas, tu pourras le faire virer de son logement assez rapidement ou le faire interner s’il est handicapé mental…(tu l’auras compris, rien ne t’empêche de provoquer Dugland afin qu’il te frappe, méfiance tout de même, certains handicapés mentaux ont une force quasi surhumaine et tu risquerais carrément de perdre la vie…)

Règle numéro 2 : Appeler le 17 ne règlera pas tes problèmes

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la Police ne pourra rien faire pour toi. Et elle ne manquera pas de te le dire quand tu te rendras régulièrement au commissariat. Il faut savoir que 80% des personnes qui entrent dans un commissariat le font pour déclarer un problème de voisinage (je parle de Paris mais je suis sûre que c’est la même chose ailleurs, dans les grandes villes on a droit à de la colle dans sa serrure, dans les campagnes on empoisonne les animaux domestiques…).

A moins de se faire menacer par Dugland devant témoins (qui acceptent de témoigner, donc) ou de se faire casser la gueule, on ne pourra absolument rien faire pour toi. Surtout ne jamais porter plainte contre Dugland sans avoir de témoin, il pourrait à son tour porter plainte contre toi, et cela pourrait durer éternellement, chacun voulant avoir raison.

Le seul moyen efficace de se battre contre le parasite ? Etre sournois et se liguer contre lui grâce à d’autres voisins. En effet, lorsque tu auras constaté que Dugland a encore chié sur ton paillasson, n’hésite pas à aller voir ton gentil voisin qui acceptera de porter plainte avec toi, il mentira à la police en disant qu’il a vu Dugland chier sur ton paillasson à travers son judas, l’union fera la force, Dugland sera reconnu coupable et il hésitera à se faire humilier à nouveau.

Règle numéro 3 : « Faut pas parler aux cons, ça les instruit » (Michel Audiard)

Dugland a mis de la colle dans ta serrure et tu as très envie de faire pareil, je comprends. Mais cela ne ferait qu’empirer les choses, ce serait le début d’une guerre sans merci dans laquelle tu risques de perdre beaucoup d’énergie. Voir apparaître des rides sur ton visage à cause de Dugland ? Hors de question.

Il ne sert à rien de rentrer en guerre avec le voisin, n’oublie pas que c’est Dugland qui est un gros con, pas toi ! Tu n’as aucune raison de l’imiter, plus il te fait chier, plus tu prouves ton intelligence en ne répliquant pas. Soyons clair, on ne te conseille pas de te prendre pour Jésus en tendant l’autre joue non plus, mais simplement de ne pas rentrer dans son jeu.

Attention, tu pourrais être tenté, dans un accès de désespoir doublé de folie, de faire ami-ami avec Dugland. Ne pense en aucun cas que cela résoudra tes problèmes car Dugland serait fort capable de faire semblant d’être ton nouveau pote tout en continuant à mettre de la colle dans ta serrure  ou pisser sur ton paillasson. Il faut savoir que Dugland prend beaucoup de plaisir à être le centre d’attention, c’est un loser en manque de reconnaissance, en te faisant chier il se sent puissant. La seule solution est donc de le mépriser : tu ne lui dis pas « bonjour » lorsque tu le croises dans l’escalier, tu fais comme s’il n’existait pas.

Concrètement, que faut-il faire pour se débarrasser du voisin récalcitrant ? Tu l’auras remarqué, la marge de manœuvre est plutôt faible. La vraie solution aux problèmes subis depuis des mois, pour certains des années, est de… DEMENAGER. J’entends certaines voix s’insurger «Mais attends non c’est trop facile j’étais là avant nananère » ou « Ah non je ne lui ferai pas ce plaisir !!! ». Parfois pour sauver sa peau il faut savoir lâcher prise. Il n’y a rien à faire alors pars et la prochaine fois sois plus vigilant, renseigne-toi sur le voisinage avant de t’installer ! Ce n’est pas un échec, c’est une délivrance ! Se sentir enfin en sécurité chez soi, ne plus être sur le qui-vive en permanence, être libre ! Une fois que tu auras déménagé, tu n’oublieras pas de te rendre dans le 19ème((je sais c’est loin mais ça vaut le coup ! Choisir de préférence « Porte de Pantin » ou « Porte de la Villette », succès garanti) affublé d’une perruque et d’un couvre-chef, de payer trois racailles à tête de serial killer en leur indiquant les coordonnées complètes de Dugland et surtout, surtout, n’oublie pas de leur préciser qu’il faut lui faire mal mais ne pas l’achever. Comme dit ma mère, « Il faut frapper aux genoux, ça fait très mal, les genoux ».

Publicités